A la rencontre de : Eva Bara

Aujourd'hui, nous allons à la rencontre de Eva Bara, Ethno coach.

A travers notre échange, elle partage avec nous sa vie d'entrepreneure maman de deux garçons nés  " différemment différents". 

 

 

 

1/ Bonjour Eva, peux-tu te présenter ?

Je me nomme Eva, Eva Bara. Je suis née au Mali, de parents d’ethnie soninké et peuhl. Je suis arrivée en France à l’âge de 2 ans. J’ai grandi en ZEP au contact d’une multitude de cultures et de méthodes éducatives différentes des miennes. Depuis l’enfance, cet environnement a éveillé ma fascination pour les rouages du cerveau et les relations interpersonnelles.

J’ai mis au monde 2 hommes-en-devenir : Loven et Daryl. Ceux sont 2 Êtres éblouissants à ce jour reconnus comme étant différemment différents.

Depuis 2007 j’exerce comme travailleur social. En 2018 , c’est entre autres au vu des limites dans ce domaine d’accompagnement que j’ai pensé et créé l’Ethno Coaching.

 

2/ Peux-tu nous expliquer le concept d'ethno coach ? Qu’est-ce qui t’a poussé à le devenir ?

En tant qu’Ethno Coach, j’accompagne les personnes qui comme moi-même se sont construites à la jonction de plusieurs cultures et méthodes éducatives. Je les aide à atteindre leurs objectifs tout en prenant le temps de les écouter dans leurs ethnicités, leurs cultures et leur foi. 

 

 

Dans toutes les équipes éducatives où j’ai été amenée à travailler, j’avais le rôle informel de la « traductrice » des codes et usages des familles et des enfants qui nous étaient confiés par l’aide social à l’enfance et par la protection judiciaire de la jeunesse. En 2016, lorsque mon couple a pris fin, je me suis retrouvée seule avec les enfants. J’étais dans l’incapacité de continuer à exercer mon métier en structure aux horaires d’internat avec nuit couchée.

Mon fils Loven n’étant alors pas scolarisé, il m’a été difficile de trouver une quelconque structure proposant des horaires compatibles avec les besoins et les soins hebdomadaires dont Loven avait besoin. 

C’est ainsi qu’est née la nécessité d’entreprendre. Pour moi, pour Loven, pour avoir une activité professionnelle génératrice de revenus tout en respectant les rythmes et les besoins spécifiques de chaque membre de mon foyer. Je n’ai pas choisi d'entreprendre, mais l’entreprenariat fut la seule voie restée ouverte. 

 

 

Loven, Eva & Daryl

 

 

3/ Comme nous le disions plus haut, tu es la merveilleuse maman de deux magnifiques petits princes. Peux-tu nous parler de tes fils ?

Loven est né en 2011. Il adore les constructions, les planètes et les bandes dessinées. Son rêve, c’est d’être gardien de la galaxie. Il a été diagnostiqué autiste.

Daryl est né en 2014. Il adore les activités manuelles, cuisiner et chanter. Son rêve c’est d’être plus rapide que Sonic et être inventeur de jouets. Il a été diagnostiqué haut potentiel.

 

 

4/ Qu’as-tu ressenti quand tu as compris que tes fils étaient « différents » ? 

D’abord de la colère, envers moi-même de ne pas avoir vu, compris plus tôt. En tant qu’éducatrice je suis formée à accompagner des êtres différents, pourtant j’ai mis du temps avant d’accepter que leurs développements respectifs soient très/trop différents des courbes de croissance moyenne. 

Puis j’ai choisi de voir un signe, une providence en le fait d’être diplômée et expérimentée en tant qu’éducatrice et d’avoir mis au monde des enfants qui ont besoin d’une éducation spécialisée. J’ai alors ravalé ma colère, séché mes larmes et je me suis mise en mouvement. J’ai mis à profit toutes mes connaissances et tout mon réseau dans le domaine. J’ai fait appel aux services, aux professionnels et aux structures adéquates pour m’aider à aider mes hommes-en-devenir à devenir des hommes heureux, autonomes en capacité de vivre au contact de leurs semblables tout en préservant et en valorisant leur singularité, leur unicité.  

 

« Quelqu’un, quelque part attend que tu aies joué ta partition pour pouvoir jouer la sienne »

 

 

Crédit photo @sans_photographie

 

 

5/ Dans notre communauté, l’autisme est un trouble  dont on ne parle pas. Cela est peut-être dû aux croyances ou à l’ignorance, mais peu de personnes osent en parler.
A l’annonce du trouble dont souffraient tes fils, as-tu ressenti un changement dans le comportement de ton entourage ? J’irai même plus loin… un jugement ? 

Oui en effet, la différence fait peur, dans toutes les civilisations cela a demandé du temps avant que ces êtres différents ne soient reconnus, acceptés et aient le droit de vivre…

Dans notre communauté d'afro-descendants, les gens se méfient encore des êtres différents. Il y a beaucoup de superstitions autour de ce sujet. L’autisme est un terme occidental qui est encore méconnu de beaucoup.

En ce qui nous concerne, nous avons eu droit à des remarques, des critiques, des jugements, des accusations sans fondement. Nous avons ouïe des montagnes de superstitions, auquel s’est ajouté une pseudo guerre des tranchées entre ma famille et ma belle-famille sur l’origine de soi-disant gènes défaillants…

Il m’a fallu expliquer la carte du monde et les modes de fonctionnement de Loven et ceux de Daryl. J’ai dû prendre position, poser les limites et couper avec ceux et celles qui n'étaient pas en mesure d’accueillir et d’accepter Loven et Daryl tels qu’ils sont. 

 

 

6/ Aujourd’hui quand on te voit et on te suit dans ton travail, nous voyons que tu as su trouver un équilibre et que tes fils et toi êtes épanouis. Peux-tu nous raconter une journée ou une semaine type avec tes fils ? As-tu mis en place des routines spécifiques avec tes fils ? 

Ça n’a ni été simple, ni facile. Et surtout, je garde à l’esprit que cela peut encore évoluer… 

Nos emplois du temps sont voués à changer, Loven a de moins en moins de soins. Daryl a davantage besoin d’attention. Les choses s’harmonisent et sont en constante évolution.

A ce jour, voici notre journée :

- 06h : Je me réveille pour avoir un temps avec moi-même. 

- 07h : Loven et Daryl se réveillent, déjeunent et se préparent. 

- 08h : Départ de Daryl à l’école. Ecole à la maison pour Loven. Rendez-vous d'orthophonie le mardi, psychomotricité le jeudi. 

- 12h : Déjeuner tous les trois. 

- 13h30 : Loven et Daryl vont à l’école ensemble. J’exerce en tant qu’Ethno Coach. 

- 16H30 : Retour d’école de Loven et Daryl, devoir, préparation du repas. 

- 18h00 : Diner, activité, douche. 

- 20h00 Coucher de Loven et Daryl puis j’exerce en tant qu’Ethno Coach

- 02H00 Je me douche, me mets au lit, lecture, dodo

 

 

Loven 9 ans & Daryl 7 ans 



7/ Tu es maman, entrepreneure, coach, chroniqueuse sur Africa n°1, femme, fille, sœur, amie. Comment arrives-tu à tout gérer ?  

En me disant que je fais de mon mieux à chaque instant avec ce que je suis et ce que je sais.

Et en me considérant comme ma priorité absolue. En prenant soin de moi, puis de Loven et Daryl, ensuite de nos énergies. Par énergies, j’entends ce qui nous nourrit, nous fait vibrer, nous procure du bonheur, du bien-être. 

Mon activité d’Ethno Coach découle de celle que je suis : de mes compétences acquises sur les bancs de l’école et de celles enseignées par la vie elle-même. Je suis porteur d’un message que j’incarne à savoir le droit d’être différent et de vivre au contact de tous. Que cette différence soit nos origines, nos langues, nos couleurs de peau, nos modes de fonctionnement et d’intelligence communément nommés handicaps.

J’incarne et diffuse ce message sur mes réseaux et lors de mes interventions publiques. Comme sur Africa Radio où j’interviens dans l’émission " Ambiance Africa" "de Aïssa Thiam. Je suis honorée d’y avoir une chronique tous les vendredis matin. J’y aborde la parentalité en pluriculturalité en répondant au mieux à la question suivante : Comment réussir l’éducation de nos enfants dans un contexte de bi-culturalité ?

 

 

8/ Pour finir, quels sont les 3 conseils que tu donnerais à une maman qui vit la même situation que toi ? 

 

OSE !

1 - Observe ton enfant. Prends des notes avec des dates, fais des vidéos dans la mesure du possible. Pour toi, pour lui dans un premier temps. Cela te permettra de mesurer son évolution, sa progression, l’évolution de sa relation à soi, à toi, aux autres. Dans un second temps, selon le pays où tu vis, si c’est à ta portée, tu peux présenter ces éléments lors des rendez-vous avec des spécialistes.


2 - Demande de l’aide, aux professionnels et aux institutions à ta portée. Et aussi et surtout aux personnes en qui tu as totalement confiance. Crée, prends, instaure des temps pour toi, pour te ressourcer, te recharger. Mets des mots sur tes ressentiments. Confie-les à des oreilles bienveillantes ou écris les dans un cahier que tu conserveras. Si tu ne souhaites pas laisser de traces, écris les sur des feuilles que tu bruleras.
Extériorise-les. Ne laisse pas ces ressentiments qui sont naturels s’installer en toi et se transformer en culpabilité, voire en croyance limitante, pour toi, pour ton enfant, pour ton couple, pour ta famille, pour vos vies.


3 - Garder à l’esprit qu’accueillir, élever, faire grandir un tel enfant n’est pas simple. Ton enfant t’invite à grandir, à remettre en question une grande partie de tes certitudes. Mettre au monde de tels enfants nécessite d’accepter de renaitre à leur contact. A la fois, avant de renaitre il est nécessaire de mourir, de laisser mourir celle que nous étions avant sa naissance… Le chemin n’est ni simple, ni rapide, cependant si tu oses suivre le courant, ta nouvelle vie sera enfin digne de TOI, DE VOUS.

En tant que femme tu as été choisie comme porte d'entrée en ce monde d’un être spécial ! Un être qui, selon moi, porte en lui la solution, le remède, le vaccin de l’humanité. Tu as la responsabilité de l’aider à devenir adulte tout en conservant son unicité et en l’invitant à savoir vivre au contact et au
milieu des autres.

Est-ce qu’un tel être peut-être confié à une femme non spéciale ? Est-ce qu’une
âme aussi importante peut grandir à proximité d’une âme moins grande ? Mesure combien tu es importante ! Mesure combien ton rôle est déterminant dans le devenir de cet être !

 

 

Je ressors de cet échange touchée. En tant que parent et femme, nous pensons souvent, à tort, que nous devons tout prendre à notre charge. Eva nous rappelle l'importance de trouver un équilibre dans notre vie de parents et surtout ne pas avoir peur de demander de l'aide. 

Merci Eva pour ce magnifique échange plein de douceur, de soutien et de bienveillance.

 

 Crédit photo @davidfperez26
Eva Bara Ethno Coach vous accompagne sur toutes les zones francophones depuis Evreux, en Normandie.

 

 

Vous pouvez retrouver Eva Bara Ethno coach, sur ses différents réseaux :

Instagram

 https://instagram.com/evabaracoach

Facebook

 https://www.facebook.com/evabaracoach/

Youtube

https://youtube.com/channel/UCgICfG7xyebjwiX9X5wWbTQ

Linkedin

https://www.linkedin.com/in/eva-bara-0a7a30167

Site internet

http://evabaracoach.com/

 

 

 

       

3 commentaires

  • Merci Eva pour ce beau témoignage, tellement inspirant ! Plein de force, d’amour et de résilience.
    Merci Afrosementkids pour ce partage.

    Dembele Maymouna
  • Espoir de voir naître de plus en plus d’êtres qui raisonnent et résonnent ainsi, et qui font vibrer nos multitudes connexions nommées différences parce que vivantes, vibrantes, dérangeantes, apeurantes, et…, ignorées ou refoulées.
    La Beauté est cette puissance dégagée de ce grand écart accompli entre deux âmes, dû à une souplesse d’esprit et un tendre cœur, sûr, et aussi à des apprentissages quotidiens et sans fin. Le courage est d’être présent, encore, là, et toujours. Merci pour cet exemple de vie, de richesses…
    Et du coup, on ressent cet envol, avec force et détermination, pris sous deux grandes ailes, l’une inventeur, innovateur le visible et l’autre gardien des espaces, l’invisible.

    Dominique
  • Bravo pour ce beau témoignage. Une femme inspirante et qui mérite le respect. Eva Bara cœur sur vous. Beau travail Afrosementkids

    Sy

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés